Faute éliminatoire au permis de conduire | Permis B

Quelles sont les fautes éliminatoires à l’examen pratique du permis de conduire ?

Certaines fautes ne pardonnent pas à l’examen pratique du permis de conduire : elles éliminent directement le candidat malheureux. Si vous venez de passer votre examen du permis de conduire et que vous vous demandez si la faute que vous avez commise est éliminatoire, cette page est faîte pour vous !

Les fautes éliminatoires au permis de conduire : les infractions au code de la route

Certaines infractions évidentes au code de la route constituent des fautes éliminatoires qui ne vous seront pas pardonnées : non-respect d’un stop, franchissement d’une ligne continue, non-respect d’un feu rouge, non-respect d’une priorité à droite, refus de priorité à un rond-point, refus de priorité à un piéton… N’espérez pas obtenir votre permis de conduire si vous avez commis ce style de faute éliminatoire.

Les fautes éliminatoires au permis de conduire : l’intervention de l’examinateur sur les commandes du véhicule

Si un examinateur intervient sur les commandes du véhicule (volant, pédales), c’est qu’il a jugé votre conduite potentiellement dangereuse pour les autres. L’intervention sur les commandes montre que vous n’êtes pas autonome dans votre conduite et que vous avez besoin de la présence d’un moniteur à vos côtés. Il s’agit là d’une faute éliminatoire dans la quasi-totalité des cas. Des exceptions existent néanmoins si vous a avez réagi en même temps que l’examinateur (par exemple, dans le cas d’un freinage d’urgence ou de la traversée surprise d’un piéton).

Les fautes éliminatoires au permis de conduire : une série de réflexions négatives de votre examinateur

Vous n’avez pas commis directement de fautes éliminatoires, mais votre conduite a fait l’objet de commentaires négatifs de l’examinateur sur une série de maladresses. Par exemple, vous avez donné quelques coups de volant un peu brusques, vous avez eu des difficultés à vous insérer dans le trafic, ou vous avez calé plusieurs fois. La décision finale de l’examinateur est alors incertaine. Il a pu considérer que cette série de maladresses était de nature à poser des problèmes de sécurité, ou qu’au contraire il s’agissait de détails ne portant pas à conséquence. Les critères de réussite du permis de conduire étant assez sévères, il reste très probable que vous n’obteniez pas votre permis, même si vous n’avez pas commis de faute directement éliminatoire.

Les fautes éliminatoires au permis de conduire : les questions à se poser

Si l’examinateur n’est pas intervenu sur les pédales, s’il ne vous a pas fait de réflexion particulière, et si vous n’avez pas commis de faute éliminatoire, rien n’est encore gagné. Il faut vous poser toutes les bonnes questions pour savoir si vous n’avez pas commis de faute susceptibles de vous faire ajourner :

  • Avez-vous suffisamment fait vos contrôles (rétroviseurs intérieur et extérieurs) ?
  • Avez-vous provoqué une gêne pour les autres automobilistes, par exemple lors des changements de voie ?
  • Vous êtes-vous arrêté à une intersection alors que vous aviez la priorité ?
  • Avez-vous toujours respecté les distances de sécurité ?
  • Avez-vous raté votre manœuvre en touchant un autre véhicule ou le trottoir ?
  • Avez-vous bien passé les bonnes vitesses au bon moment ?

Si vous avez un doute sur ces questions, il ne vous reste plus qu’à espérer que l’examinateur n’y voit qu’un détail sans importance n’ayant pas mis en danger votre sécurité ou celle des autres conducteurs.

Les fautes éliminatoires sont clairement énumérées par l'article 23 de l'arrêté du 19 février 2010.